Encyclopédie des arts du cirque

Arts du cirque

Dompteuse au milieu des fauves

Affiche avant la lettre
Imprimerie Émile Lévy (Paris), 1879
Lithographie en couleur, 37 x 47 cm
BnF, département des Estampes et de la photographie, ENT DN-1 (LEVY,Émile)-FT6
© Bibliothèque nationale de France
Cette lithographie représente la dompteuse Nouma-Hawa dans ses débuts à la ménagerie Pernet. Sur l’image ci-dessus, le groupe de fauves qu’elle tient en respect dans une cage-théâtre est composé d’une variété d’animaux sauvages qui se trouvent habituellement dans des cages séparées. De gauche à droite, sous les yeux d’un chien, se serrent un jeune lion ou une lionne en équilibre sur un fil de fer, un ours noir assis sur un lion couché, une lionne qui saute dans un cerceau, une autre au sol, menaçante, un ours gris debout et une hyène rayée.
La personnalité énigmatique de Nouma-Hawa, d’abord charmeuse de serpents puis dompteuse audacieuse au nom et aux costumes exotiques, intrigue le public et les chroniqueurs de l’époque. L’atelier d’Emile Lévy, qui a imprimé cette affiche, publie au même moment, vers 1880, sous la signature de Miss Nouma-Hawa, les très fantaisistes Mémoires d’une dompteuse par elle-même, qui nourrissent son mystère. Préfigurant d’une quinzaine d’années Le Livre de la Jungle de Kipling, on y voit une enfant, arrachée à la civilisation par un naufrage, élevée au milieu des bêtes sauvages et qui apprend à les apprivoiser et à les dresser pour les exhiber. Dans la fiction, le dompteur Pernet auquel elle s’associe n’est autre que son premier mari, dompteur et directeur d’une grande ménagerie dont elle reprend la direction lorsqu’il meurt, à Rome en mars 1883, après une redoutable morsure de l’une de ses lionnes.
 
Sources :
- Miss Nouma-Hawa, Mémoires d'une dompteuse écrits par elle-même : l'art de dompter les animaux féroces et de charmer les serpents, Paris, Imprimerie Emile Lévy, 1880.