Encyclopédie des arts du cirque

Arts du cirque

Acteur comique romain au masque d’esclave

Nécropole de Myrina, province de Smyrne
Bronze, avec patine brune, H. 7,3 cm
BnF, département des Monnaies, Médailles et Antiques, bronze.979
© Bibliothèque nationale de France
Pour comprendre l’histoire et les évolutions de l’art clownesque et cerner les contours de ses acteurs, il faut s’intéresser à la singularité et aux rencontres des différents personnages de la comédie depuis les formes antiques d’Aristophane, sans oublier les ludions et les histrions de l’Étrurie.
Maccus Stupidus le niais, évoque à lui seul August der Dumme – Auguste l’idiot, né dans une piste du XIXe siècle – mais l’auguste du cirque dans ses multiples représentations semble avoir hérité également de Bucco le glouton, Pappus – ou Papposilenus –, le vieil avare, Dossenus le bossu malicieux ou l’ogre Manducus.
Masqué, coiffé d’une perruque ou d’un bandeau qui figure un faux crâne, revêtu du manteau court et enveloppant appelé le tabaro, l’esclave ou le jeune patricien transgressif fait porter sa voix au-delà du thymélé, centre géométrique de l’orchestra, rond comme une piste et d’un diamètre proche de 13 mètres. Il semble avoir des parentés avec les futurs clowns et certains paradistes dont l’un des plus charismatiques, Tabarin, s’enveloppait dans son manteau…
 
Source : Francesco de’ Ficoroni (1664-1747), Le maschere sceniche e le figure comiche d’antichi Romani, descritte brevemente, Rome, A. de’ Rossi, 1736.
> En savoir plus sur la nécropole de Myrina.