Allégorie égyptienne du monde, antérieure à la conception de la sphéricité de la Terre et du ciel

Peinture sur papyrus, vers 1000 av. J.-C., montrant Nout (le ciel), Geb (la Terre) et le Soleil passant d’un horizon à l’autre sur sa barque.
Paris, musée du Louvre, département des Antiquités égyptiennes, B 17401
Photo © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Christian Decamps
En Égypte, Nout, le Ciel, mère des dieux, a épousé Geb, dieu de la terre. Courbée en forme de voûte, ses mains touchant le sol à l'Orient, ses pieds à l'Occident, elle enveloppe l'ensemble du Cosmos. Elle est "allongée" sur la Terre. Mais sur ordre de Rê, dieu du soleil né de leur union, Shou, le dieu de l'air, se glisse entre les deux époux et soulève le corps de la déesse qu'il sépare de la terre.
Le détail de cette peinture sur papyrus montre Nout, Geb et le Soleil passant d’un horizon à l’autre sur sa barque.