Pierre Louis Moreau de Maupertuis

Jean Daullé (1703-1763), graveur ; Robert Levrac-Tournières (1667-1752), portraististe

1741
BnF, département des Estampes et de la Photographie, N-3
Officier, mathématicien à la personnalité originale et fantasque, astronome et physicien, Maupertuis, devient membre de l’Académie des sciences en 1723. Après un court séjour en Angleterre, il rédige, en 1732, Sur les lois de l’attraction, où il présente pour la première fois aux Français les thèses de Newton et démontre en quoi la gravitation universelle est un principe physique qui n’admet pas d’exception. Dans son autre texte, Discours sur les différentes figures des astres, il s’oppose à la méthode de Descartes qui repose sur des postulats métaphysiques. Seules l’induction et l’expérience fondent la nouvelle méthode analytique.
Afin de déterminer si la Terre est élargie à l’équateur ou aplatie aux pôles, l’Académie des sciences décide de mesurer un arc de méridien à l’équateur et au cercle polaire et de comparer les résultats. Le 2 mai 1738, Maupertuis part en expédition en Laponie afin de le démontrer. Son expédition polaire le met à la mode dans les salons et lui vaut un véritable engouement auprès des dames de qualité.
En 1741, il demande à Daullé de réaliser une gravure le représentant en costume de Lapon, la main posée sur le pôle. Un quatrain de Voltaire l’accompagne : « Ce globe mal connu, qu’il a su mesurer, Devient un monument où sa gloire se fonde, Son sort est de fixer la figure du monde, De lui plaire et de l’éclairer. » Cette gravure a appartenu à Mme Du Châtelet, qui fut très éprise de lui.