Cosmographie de l'Atlas catalan

Attribué à Abraham Cresques, 1375.
Manuscrit enluminé sur parchemin, 12 demi-feuilles de 64 x 25 cm chacune
BnF, département des Manuscrits, Espagnol 30, tableaux I et II
© Bibliothèque nationale de France
La représentation du monde est d’emblée inscrite dans une histoire sacrée. L’ordre chrétien du monde y est représenté dès le début avec son rappel cosmographique : le calendrier et son commentaire. Il finira en Orient avec des allusions à la fin du monde temporel et l'Apocalypse.
L'Atlas s'ouvre sur quatre panneaux consacrés à la Cosmographie qui contiennent, traduite en catalan, une compilation de textes cosmographiques et astronomiques empruntés à divers auteurs, dont Isidore de Séville et Honorius Augustodunensis. Ils traitent de la sphéricité de la terre et de l'état du monde connu, mais proposent également des informations utiles aux marins sur les marées ou le calcul de l'heure pendant la nuit. Les textes sont illustrés de plusieurs figures : tables des marées, schéma pour déterminer la date des fêtes mobiles (Pâques, Pentecôte, nombre de semaines du carnaval) à l'aide du nombre d'or, figure de l'homme zodiacal et, sur le panneau suivant, un calendrier perpétuel, encadré par les quatre saisons. La date de 1375 y apparaît à plusieurs reprises.