Encyclopédie des arts du cirque

Arts du cirque

Brice Bolton, ventriloque ‟électriqueˮ

Affiche d’après un dessin de H. Treiber
Chez C. Virano e Cie (Rome), vers 1890
Lithographie en couleur, 100 x 70 cm
BnF, département des Estampes et de la photographie, ENT DO-1 (TREIBER,H.)-FT6
© Bibliothèque nationale de France
L’affiche d’artiste commandée par le ventriloque Brice Bolton s’adresse aux directeurs des cafés concerts, des théâtres ou des cirques. Elle présente un ensemble de poupées qui incarnent des personnages caractéristiques de la piste de la fin du XIXe siècle : clowns à toupet ou à perruque à pointes, groom à visage noir ou noirci, travestis, ou animaux dressés. Ce sont ses partenaires et ses interlocuteurs supposés dans des jeux dialogués où il fait toutes les voix. Pour accrocher le regard, l’affiche multiplie les messages avec les mentions un peu naïves : « Ventriloque électrique », « l’Homme-oiseau », « Phénomène », « Ventriloque le plus fort du monde », « non plus ultra  » (sic)…
Publiée à Rome chez Virano e Cie, cette lithographie présente sous le crayon de H. Treiber, une image débonnaire du phénomène de dédoublement. Elle est le contrepoint de la communication, satirique, grinçante, développée par l’un de ses confrères, André Carel, le « ventriloque parisien », qui fait appel au même lithographe, Virano, pour imprimer, la même année, une affiche illustrée par R. Stab.
Brice Bolton est engagé par Louis Fernando en 1895 pour l’une de ses dernières saisons avant la cession du cirque à Geronimo Medrano.
 
Voir aussi : Fernandez Laure, « La voix de son maître : ventriloquie et engastrimythe, de la parole de l'au-delà au dialogue troublé », dans la Revue de la BNF, 2014/2 (n°47), p. 26-32. DOI : 10.3917/rbnf.047.0026.
 
Source : Tristan Rémy, Le Cirque Fernando, numéro spécial du Cirque dans l’Univers, supplément au n°115, Paris, 1979, p. 60.